Parrainages présidentielle 2022

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Re: Parrainages présidentielle 2022

Message par Ottokar » 13 Jan 2022, 11:36

Je signale que cela peut être fait aussi pour les présidentielles. Il y a régulièrement des candidats d'extrême gauche ou issus du courant trotskyste ici ou là, selon les Etats, selon qu'il faut 2000 signatures ou 200 000... la seule difficulté est qui faut récolter ces signatures état par état, selon les règles de celui-ci (variables selon les états), tant qu'on n'est pas un parti reconnu sur le plan national. Les Verts y arrivent dans nombre d'états il me semble.
Ottokar
 
Message(s) : 395
Inscription : 16 Jan 2005, 10:03

Re: Parrainages présidentielle 2022

Message par Plestin » 13 Jan 2022, 13:08

Aux Etats-Unis, les Verts sont parvenus à obtenir le statut de parti dans un grand nombre d'Etats.

En 1996 , dans 22 Etats.
En 2000, dans 44 Etats.
En 2004, dans 28 Etats.
En 2008, dans 33 Etats.
En 2012, dans 36 Etats
En 2016, dans 45 Etats, soit le maximum historique.
En 2020, le parti était retombé à 30 Etats (ce qui reste considérable).

Pour la présidentielle de 2024, 15 Etats sont déjà assurés (dont la Californie) mais on ne sait pas encore combien d'autres Etats s'y ajouteront en conséquence de l'effort militant.

Les Verts sont sujets à la volatilité d'une partie de leurs signataires, qui de temps en temps en fonction de l'enjeu du moment préfèrent remplir un formulaire d'affiliation au Parti démocrate plutôt qu'au Parti Vert. C'était le cas en 2020 avec l'enjeu Trump / Biden ce qui explique probablement la chute.

En Californie, qui est la plus grosse base d'adhérents pour les Verts, malgré la barre haute les Verts sont toujours parvenus à conserver le statut de parti (depuis 1992). Il y a eu toutefois quelques alertes, notamment en 2016, année où Bernie Sanders a délibérément démarché les électeurs affiliés au Parti Vert de Californie pour les convaincre de s'affilier au Parti démocrate afin de l'y soutenir. Le nombre d'adhérents a chuté à 78.000 alors que le seuil était à 89.000, mais il est remonté juste à temps et, associé au fait que les Verts atteignent (parfois de justesse) le score de 2% en Californie, a permis de conserver le statut. (Dans une élection intermédiaire en novembre 2018 à l'échelle de l'Etat, un candidat au poste de "Secrétaire d'Etat" a obtenu 2,1%... Le parti a eu chaud !)

Aux présidentielles à l'échelle nationale, le record des Verts date de la deuxième candidature de Ralph Nader en 2000 avec 2,7% (contre 0,7% la fois d'avant en 1996). Cette année-là, Ralph Nader a dépassé 10% en Alaska et fait entre 6% et 7% dans deux Etats du Nord-Est Atlantique (Massachusetts, Vermont). Depuis, d'autres candidats se sont présentés avec des scores toujours moindres, parfois microscopiques (0,1% en 2004 et 2008) lorsque la présence nationale était plus réduite, ce qui n'empêchait pas que dans des circonscriptions locales certains candidats fassent 20%, 30% voire plus de 50% (c'est arrivé à deux reprises dans le Maine). En 2016 avec la présence maximale dans 45 Etats, le score n'a été "que" de 1,1% (année de l'élection de Trump) et a dû contribuer à faire perdre le statut de parti aux Verts dans de nombreux Etats, nécessitant sans doute un énorme effort militant pour en conserver quand même 30.

Régulièrement, dans certains Etats qui le permettent, lorsque les Verts n'ont pas ou plus le statut de parti ils participent aux élections en présentant des candidats en "write-in", c'est-à-dire que ce sont aux électeurs d'inscrire eux-mêmes le nom du candidat sur le bulletin de vote (qui est un vrai formulaire à remplir !) ce qui conduit en général à peu de voix mais permet de faire campagne. Ainsi en 2016 en plus des 45 Etats, il y avait 3 autres Etats dans cette situation (Caroline du Nord, Géorgie, Indiana). Il n'en restait alors que 3 où les Verts n'avaient aucune participation aux élections : le Dakota du Sud, le Nevada et l'Oklahoma.

La Géorgie, l'Indiana, l'Oklahoma et le Dakota du Sud sont les 4 seuls Etats où les Verts n'ont jamais eu à un moment ou à un autre le statut de parti.
Plestin
 
Message(s) : 1990
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Parrainages présidentielle 2022

Message par Gayraud de Mazars » 14 Jan 2022, 10:04

Salut camarades,

Commentaires du candidat Poutou sur les réseaux sociaux :

206 promesses au 10 janvier, un millier de maires hésitantEs, dont 300 pour lesquels on peut être raisonnablement optimistes, plus de 4 000 maires rencontréEs. Cela résume où nous en sommes dans le travail et ce qui reste à faire pour obtenir le droit de nous présenter à la présidentielle.


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1650
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Parrainages présidentielle 2022

Message par com_71 » 14 Jan 2022, 10:31

Une non information du candidat Poutou ! Hésitants ? Optimistes ?
On ne peut que leur souhaiter bon courage.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4732
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Parrainages présidentielle 2022

Message par Plestin » 17 Jan 2022, 18:48

Dans La Voix de l'Ain - édition de Valserine - Haute-Savoie du 17 janvier 2022 (c'est la fin qui est rigolote) :

Pays bellegardien - De nombreux élus ne donneront pas leur parrainage pour la Présidentielle

18h00 - 17/01/2022
Par La Voix de L'Ain

Si certains élus esquissent des bases de parrainages, d'autres ont fait le choix catégorique de ne pas donner leur parrainage.

À 50 jours de leur dépôt, la collecte des parrainages présidentiel s'accélère. Certains prétendants à la fonction suprême comme Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon ou Éric Zemmour, crédités d'un score important dans les intentions de vote, s'inquiètent de ne pas les obtenir, laissant orphelin une partie de l'électorat. D'autres comme Anne Hidalgo ou Valérie Pécresse, candidates pour le parti socialiste et les Républicains, assurent déjà les avoir. Cette collecte est particulière pour les candidats puisque désormais, les élus parrainant les personnalités briguant la fonction présidentielle ne verront plus leur nom rester anonyme.

Seuls deux élus parrainent

À l'approche de cette échéance pré-présidentielle, notre titre a sollicité plusieurs élus du Pays bellegardien pour évoquer cette question. Et surprise : seuls deux pensent accorder leur parrainage. Il s'agit du jeune édile de Giron, Florian Moine et du conseiller départemental, Guy Larmanjat. "Il a été contacté par le PS, la France insoumise et un autre candidat inconnu. Il n'a pas encore donné son parrainage, mais compte le faire. Peut-être celui qui se rangera derrière la primaire populaire. Le maire trouve l'initiative pas mal, peu importe qui ce sera", indique une source proche de la mairie de Giron. Un choix partagé par Guy Larmanjat : "J'ai fait ma promesse à Arnaud Montebourg. S'il s'engage, je lui donnerai. Sinon, je le donnerai au candidat sortant de la primaire populaire ou celui le mieux placé et le plus à même de représenter les idées de la gauche." De son côté, le maire de Saint-Germain-de-Joux, Gilles Thomasset, dit avoir été sollicité. Un militant de Lutte ouvrière serait venu le voir, les autres partis classiques lui auraient envoyé des lettres. Il n'a, pour l'instant, pas parrainé officiellement un candidat.

À Valserhône, cinq parrainages étaient disponibles : celui du maire, de ses trois mairesses déléguées et du président de la communauté de communes. Au final, ce sera une abstention pure et simple : " La question s'est posée récemment. Et dans le respect des sensibilités de notre liste municipale, nous avons fait le choix de ne pas parrainer un candidat." Même son de cloche dans d'autres mairies : "Je vous informe que Monsieur le maire n'apportera aucun parrainage pour la campagne présidentielle", a-t-on appris auprès de la mairie de Génissiat. Même refus du côté de Villes : "Monsieur le maire vous informe qu'il ne parraine aucun candidat, et qu'il ne justifiera pas son choix." Jean-Marc Beauquis, le maire de Billiat, n'apportera pas sa signature pour un motif précis : "Je ne veux pas faire de polémique et c'est désormais compliqué, pour nous élus, avec l'apparition des noms. Cela nous donne une étiquette." Une problématique récurrente dans les échanges : donner un parrainage à un candidat cataloguerait de facto l'élu avec un parti ! Depuis son parrainage d'Olivier Besancenot en 2007, Patrick Perréard, ancien maire divers droite de Châtillon et actuel président de la communauté de communes, est-il vu comme un élu affilié à la Ligue communiste révolutionnaire ? La question est posée, la réponse reste ouverte.
Plestin
 
Message(s) : 1990
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Précédent

Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)