Résurgence du rouge vert noir en Martinique ?

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Déchéance de nationalité

Message par com_71 » 10 Juil 2024, 18:20

combat ouvrier, juin 2018 a écrit :...Kémi Séba est un activiste noir de parents béninois, né à Strasbourg en 1981. Il s'est fait connaître en 2004, en banlieue parisienne, comme animateur de « la Tribu Ka », un groupe qui sous prétexte de lutte contre le racisme anti-immigrés ne dédaignait pas de prôner le suprémacisme noir et l'antisémitisme. Il était apparu rapidement comme proche de Dieudonné, lui-même proche du Front National. Il a plus récemment mené une activité au Sénégal, puis au Bénin, au nom du panafricanisme. L'Afrique ou la peau noire, cela ne constitue pas un programme de lutte contre l'exploitation.

Le progrès d'idées réactionnaires, affirmées comme celles du Front National, ou plus confuses comme celles remuées par Kémi Séba et consorts, ne peut que nuire au mouvement des exploités.

C'est donc cette girouette mégalomane qu'a sponsorisée le Kolektif Matinik formé par le MIR (Mouvement international pour les réparations) de Garcin Malsa, Moun d'Olivier Bérisson (ex-dirigeant de l'ASSAUPAMAR), etc. Ce faisant ces organisations ont fait preuve de bien de légèreté et d'inconscience. En tout cas, elles montrent que leur activité, qui ne tient nul compte des intérêts du mouvement ouvrier, peut aussi être nuisible à celui-ci...


Yahoo Actualités, 10 juillet a écrit :Qui est Kemi Seba, militant condamné pour antisémitisme et déchu de sa nationalité française ?
Ce mardi 9 juillet, un décret paru au Journal Officiel a acté la perte de nationalité de Kemi Seba, activiste franco-béninois condamné pour antisémitisme.

Une issue logique et attendue pour Stellio Capo Chichi, plus connu sous le nom de Kemi Seba. Né à Strasbourg en 1981 de parents béninois naturalisés français, cet activiste radical panafricain n'est désormais plus un citoyen français. Dans son édition du 9 juillet 2024, le Journal Officiel comporte ainsi une copie du décret pris la veille, lundi 8 juillet, et officialisant la perte de nationalité du quadragénaire.

Comme l'indique le décret en question, cette décision a été prise "sur l'avis conforme du Conseil d'Etat" et prend effet immédiatement. "Mon client est très heureux, a commenté Juan Branco, l’avocat de Kemi Seba, cité par Libération. Il m’avait confié une lettre de renonciation (à la nationalité française) avant même que la procédure ne soit entamée, et prend acte de la décision finale."

"Une posture constante et actuelle résolument anti-française"

A l'origine de cette procédure de déchéance de la nationalité, Kemi Seba était notamment accusé de se livrer "depuis plusieurs années, à divers agissements destinés à attiser dans les pays d’Afrique de l’Ouest un sentiment anti-français", comme l'expliquait un courrier de la Direction de l'intégration et de l'accès à la nationalité adressé à l'intéressé et rendu public en février dernier.

"Vous organisez ou participez à des manifestations et conférences dans divers pays (…) à l’occasion desquelles vous diffusez des messages hostiles à la France, critiquant la présence française en Afrique que vous qualifiez de néocolonialisme. (…) Votre comportement et vos propos révèlent une posture constante et actuelle résolument anti-française, susceptible de porter gravement atteinte aux intérêts français et de nature à caractériser une déloyauté manifeste à l’égard du pays dont vous avez la nationalité", continue le sous-directeur de l’accès à la nationalité française, qui motive ainsi la procédure de perte de nationalité française au titre de l’article 23-7 du code civil qui prévoit que "le Français qui se comporte en fait comme le national d’un pays étranger peut, s’il a la nationalité de ce pays, être déclaré, par décret après avis conforme du Conseil d’Etat, avoir perdu la qualité de Français".

Condamné pour antisémitisme et proche de Dieudonné

Peu connu du grand public, Kemi Séba est proche de Dieudonné, avec qui il partage les idées antisémites, et de l'idéologue d'extrême droite Alain Soral, avec qui il assure toutefois avoir pris ses distances. Il se fait connaître au début des années 2000, par l'intermédiaire de son groupuscule Tribu Ka, dans le viseur du ministre de l'Intérieur de l'époque, Nicolas Sarkozy. Dissous en 2006, Tribu Ka est à l'origine d'incidents à caractère antisémite en mai 2006, lors d'une manifestation au cœur du quartier juif du Marais.

Condamné à deux mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve pour violences en réunion, il voit son sursis révoqué en 2011, et passe plusieurs semaines en prison en 2014.

Expulsé de plusieurs pays africains

En avril 2009, il avait aussi été condamné en appel à huit mois de prison avec sursis pour provocation à la haine raciale. En cause, des écrits où il affirmait que les institutions internationales comme la Banque mondiale, le FMI ou l'OMS étaient "tenues par les sionistes qui imposent à l'Afrique et à sa diaspora des conditions de vie tellement excrémentielles que le camp de concentration d'Auschwitz peut paraître comme un paradis sur terre".

Installé sur le continent africain depuis plusieurs années, il se fait expulser à plusieurs reprises des pays dans lesquels il est installé : expulsé du Sénégal en 2017 après avoir brûlé un billet de 5 000 francs CFA, puis évincé de Côte d’Ivoire pour avoir tenté d'y organiser une manifestation contre le franc CFA. Il en est expulsé vers le Bénin en raison de "risques potentiels de troubles" liés à la manifestation, et du Burkina Faso alors qu'il se rend à un meeting politique "contre le néo-colonialisme", et plus spécifiquement contre l'opération militaire française "Barkhane".

Populaire sur les réseaux sociaux

Il bénéficie d'une forte popularité sur ses réseaux sociaux, avec 1,3 million d’abonnés sur Facebook, près de 300 000 sur Instagram et plus de 200 000 sur sa chaîne Youtube. Une notoriété qu'il fait fructifier avec des réunions publiques, avec selon lui 2 000 personnes à un meeting à Bobigny en mars 2023, 1 200 l’année précédente à Grigny ou encore 1 500 sympathisants en Guadeloupe en 2022.

Dans ses discours, il dénonce la présence française au Mali, récupère la croisade contre le franc CFA ou relaie des combats plus locaux comme le chlordécone en Guadeloupe et en Martinique.

Des liens avec le groupe Wagner ?

Influent en Afrique, il exacerbe le sentiment anti-français sur le continent, ce qui pourrait bénéficier à d'autres puissances étrangères. Comme. le rappelle Streetpress, Kemi Seba participe notamment à un meeting au Mali piloté par le groupe panafricaniste pro-russe, Yerewolo. Dans la foule flottent des pancartes floquées d’une tête-de-mort sur le drapeau bleu blanc rouge. "Mali, capitale de la résistance africaine", scande Kemi Seba, dans un pays où la présence militaire française est alors extrêmement décriée.

Selon plusieurs enquêtes dont une de Jeune Afrique, il aurait touché 400 000 euros, entre 2018 et 2019, de la part du groupe Wagner, l’organisation paramilitaire russe, désormais implantée au Mali aux côtés de l'armée. En échange, il relaie les narratifs russes, comme sur la guerre en Ukraine.

Reçu par deux députés Nupes de Guyane

En 2023, une enquête de Radio France, révèle que Kemi Seba fait partie d'un panel d'"influenceurs anti-français en Afrique francophone" ciblés par l'agence de désinformation israélienne Percepto afin de leur faire propager à leur insu des fausses informations dans des buts de propagande.

Récemment, il s'était fait remarquer en étant reçu par deux députés Nupes de Guyane lors d'une visite sur place. Une tournée ponctuée par un meeting devant 400 personnes et une médaille reçue des mains de la maire de Cayenne.

https://fr.news.yahoo.com/qui-est-kemi- ... 40978.html

Il ne s'agit pas ici de prendre la défense de ce triste personnage qu'est Kemi Seba, mais simplement de faire remarquer que l'arc républicain, même sans participation du RN à l'exécutif, se permet de prononcer des déchéances de nationalité.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 6169
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Résurgence du rouge vert noir en Martinique ?

Message par Plestin » 10 Juil 2024, 18:53

com_71 a écrit :Peu connu du grand public, Kemi Séba est proche de Dieudonné, avec qui il partage les idées antisémites, et de l'idéologue d'extrême droite Alain Soral, avec qui il assure toutefois avoir pris ses distances.


Par contre, Dieudonné et son désormais comparse Francis Lalanne se sont présentés aux législatives en Guadeloupe, où ils ont obtenu respectivement un score de 0,98% dans la 1ère circonscription et 0,59% dans la 3ème.
Plestin
 
Message(s) : 2315
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Précédent

Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : conformistepote et 3 invité(s)