GMI - Arthaud, encore un effort pour devenir trotskyste !

GMI - Arthaud, encore un effort pour devenir trotskyste !

Message par Gayraud de Mazars » 28 Juin 2022, 17:50

Salut camarades,

Voici un article très polémique du GMI, (Groupe marxiste internationaliste), section française du Collectif révolution permanente qui à coup de truelle, passe au crible la campagne de Lutte Ouvrière, assez injuste l'article à mon sens d'ailleurs qui accuse LO de centrisme, pour des "gauchistes" cela va bien sûr ! En voilà de la dialectique du GMI qui cassent des briques !

Arthaud, encore un effort pour devenir trotskyste !
Le 7 avril 2022

https://groupemarxiste.info/2022/04/07/ ... 0_27062022

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 2524
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: GMI - Arthaud, encore un effort pour devenir trotskyste

Message par com_71 » 28 Juin 2022, 18:26

dans un premier temps je n'ai lu que le titre et la conclusion, en parfaite contradiction l'un avec l'autre. Pour la cohérence, encore un petit effort !
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 6101
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: GMI - Arthaud, encore un effort pour devenir trotskyste

Message par Plestin » 28 Juin 2022, 19:54

Un florilège des mêmes racontars et défauts omniprésents dans le "mouvement trotskyste".

Après 1968, l’organisation hardyste LO, qui présentait des traits de secte, est restée longtemps dans l’ombre de la LC-LCR pabliste (assez astucieuse pour présenter un candidat en 1969) et de l’OCI-PCI lambertiste (plus implantée dans les entreprises et les administrations). La liquidation de la LCR au profit d’un NPA quasi-réformiste et du PCI pour un PT-POI/POID sociaux-chauvins lui sont une sorte de monopole un peu trompeur.


Contrairement à l’Internationale communiste du temps de Lénine et à la 4e Internationale du vivant de Trotsky, les chefs de LO (qui comportent des responsables de la CGT de haut rang) ne critiquent que du bout des lèvres les bureaucraties syndicales.


Par contre, à chaque fois que des travailleurs essaient de déborder les appareils syndicaux, d’imposer la grève générale pour vaincre, ils trouvent sur leur chemin, pour leur faire obstacle, des membres, du PCF, de LFI, du PS, de LO, du POID, du NPA… Tels sont les faits.


On trouve dans la brochure électorale et dans les vidéos de campagne des revendications justifiées mais c’est aussi le cas de Roussel, Hidalgo ou Mélenchon. On en trouve même davantage chez Poutou !

Nous avons vu qu’il n’y avait rien sur la laïcité. Il n’y a rien non plus sur les attaques contre les statuts des travailleurs de l’État, la privatisation de l’éducation, la soumission de la recherche au profit. Il n’y a rien sur le droit à l’avortement, qui reste non seulement restreint mais de moins en moins accessible. Dans une déviation « économiste », quasi-syndicaliste, il s’agit surtout de mieux répartir l’argent.


Les chefs de LO comprennent ce que le capitalisme coute à l’humanité, mais ne croient pas à la possibilité de le renverser. Ils sont en fait sceptiques sur la capacité révolutionnaire du prolétariat. D’ailleurs, pour son fondateur Hardy (Robert Barcia, 1928-2009, qui n’avait jamais appartenu à la 4e Internationale), il n’y a jamais eu de crise révolutionnaire en France au 20e siècle, ni en 1936, ni en 1944, ni en 1968… alors que ses propres troupes sentaient bien qu’il y avait plus qu’une grève revendicative en mai-juin. Réduire le soulèvement de la jeunesse étudiante et la grève générale, s’inscrivant dans une poussée révolutionnaire internationale, à une simple lutte syndicaliste était précisément la ligne du PCF et de la direction de la CGT.

Voilà pourquoi LO n’a pas besoin des mots d’ordre de soviets, de milice ouvrière, d’armement des travailleurs, de gouvernement ouvrier, d’Etats-Unis socialistes d’Europe, contrairement aux communistes révolutionnaires.


Et, cerise sur le gâteau, la même position que le NPA sur l'Ukraine, le rôle de l'OTAN n'étant pas mentionné :

La fraction majoritaire de la bureaucratie stalinienne a restauré consciemment le capitalisme en 1992 et ses capitalistes sont aussi riches et exploiteurs que les autres. La Russie capitaliste détient des entreprises de taille internationale, elle opprime en son sein des minorités nationales, elle tente de coloniser sa périphérie, elle intervient militairement au Proche-Orient et en Afrique. Tout cela en fait clairement un État impérialiste.

Aujourd’hui, selon LO, l’Ukraine ne doit surtout pas recevoir d’armes.

Cette solidarité ne se fait pas par l’envoi d’armes, mais dans la lutte contre un système qui n’engendre que crises et guerres. (Aline Retesse, Lutte ouvrière, 3 mars)


Il est vrai que VO (l’ancêtre de LO) avait mis plusieurs années avant de se prononcer pour l’indépendance de l’Algérie (quand le PCF l’avait acceptée).

Autrement dit, il faut laisser la bourgeoise impérialiste russe écraser l’Ukraine, ramener sa population à une nation opprimée. Les communistes ne sont pas des pacifistes, ils constatent qu’en Ukraine, il y a agression d’une puissance impérialiste contre un petit pays voisin dont Poutine récuse l’existence même. Il accuse d’ailleurs Lénine et le Parti bolchevik d’avoir inventé artificiellement l’Ukraine.


Mais qu'on se rassure, le GMI veille et à défaut d'avoir une quelconque existence dans la classe ouvrière, il sait donner de bons conseils :

Pour en faire un authentique parti ouvrier révolutionnaire, nous conseillons aux membres de LO de tenter de transformer -collectivement- l’organisation qui les a sensibilisés à la révolution, qui leur a fait lire, après Zola et Gorki, des livres marxistes dont elle ne tire pas l’essentiel. Mais ces militants risquent fort de s’apercevoir que l’influence stalinienne qui ampute le programme se retrouve aussi dans le fonctionnement interne, antidémocratique, comme en ont avant eux fait l’expérience les courants VdT et CR. S’ils réussissent, le GMI se fondra volontiers dans la nouvelle organisation qui sortira de leur combat. S’ils échouent, le Groupe marxiste internationaliste leur tendra la main pour qu’ils ne sombrent pas dans le découragement.


Tout ça pour quoi ? Le titre de leur tract du 23 juin :
"Macron affaibli, la classe ouvrière doit se préparer à le vaincre !"


S'attaquer à la façade Macron plutôt qu'au patronat et aux fondations du système... Pour la cohérence, on repassera...
Plestin
 
Message(s) : 2297
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10


Retour vers Presse et communiqués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)