Campagne du PCF

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Campagne du PCF

Message par Plestin » 16 Mars 2019, 15:31

Dans l'Indépendant du 15 mars 2019, à propos de Ian Brossat de passage dans l'Aude :

Aude : Ian Brossat, tête de liste PCF pour les Européennes, visite la Belle Aude

Ian Brossat, qui est tête de liste du PCF pour les élections européennes, est en campagne dans l'Aude, à Carcassonne et Narbonne. Ce vendredi matin, il a visité la Fabrique du Sud.

750 000 € de chiffre d'affaires en 2014, 2,6 M€ en 2018 : c'est clair, la Fabrique du Sud (24 salariés), qui produit les glaces Belle Aude, à Carcassonne, connaît une courbe ascendante. Un constat qui a réjoui Ian Brossat, la tête de liste du Parti communiste pour les élections européennes (26 mai). Aujourd'hui, il est en campagne dans l'Aude. Ce vendredi matin 15 mars, avant de se rendre à la gare de Narbonne pour défendre les services publics, il a d'abord commencé sa visite par le site de l'ex-Pilpa repris en Scop (société coopérative et participative) par ses salariés voici plus de cinq ans.

"Il s'agit là d'une très belle expérience, comme Fralib (Ndlr : une fabrique de thé située à Gémenos, près d'Aubagne)", a-t-il déclaré "mais aussi une source d'inspiration, surtout dans le contexte actuel qui voit beaucoup d'industries françaises menacées de fermeture. La défense du tissu industriel français, de même que la défense des services publics, est la base de ma campagne pour les européennes."

A l'issue de la visite de l'usine, Ian Brossat en a conclu que "le système des Scop est une bonne solution pour lutter contre le chômage". Christophe, l'employé qui servait de guide au candidat et à ses collaborateurs, a bien sûr approuvé l'idée, tout en ajoutant : "Le problème, en France, c'est que les patrons n'aiment pas que les ouvriers se prennent en main. Ce n'est pas dans la culture de notre pays."


Pas de travailleurs, juste un "tissu industriel français" à défendre... Pas de capitalisme, seulement des patrons qui, en France (sic), n'aiment pas que les ouvriers se prennent en main (il y a d'autres pays où ils aiment ?) Les coopératives, bonne solution pour lutter contre le chômage... (que n'y avions nous pensé plus tôt !) Quel galimatias !
Plestin
 
Message(s) : 948
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Campagne du PCF

Message par Plestin » 16 Mars 2019, 15:44

Mais ce n'est pas totalement nouveau. Voici ce que disait "Dédé" Chassaigne, chef de file des députés du PCF à l'Assemblée nationale, dans une interview au Point du 9 mars 2019, en réponse à la question "C'est quoi être communiste en 2019 ?" :

J'ai été conseiller régional pendant huit ans et j'ai siégé pendant deux ans avec Valéry Giscard d'Estaing. Il avait une forme de sympathie à mon égard et à celui des communistes de son assemblée. Il me convie un jour et me dit : « Monsieur Chassaigne, je voudrais vous poser une question. Pourquoi êtes-vous communistes ? » Je lui raconte mes racines ouvrières, mon enfance dans une cité Michelin à côté de Clermont-Ferrand et mon quotidien de lutte des classes. Et il m'écoutait, l'air passionné et avec beaucoup de respect, parler de la vie comme un combat quotidien pour faire avancer les revendications sociales. Aujourd'hui, le mot communiste a pour moi un sens supplémentaire. J'aime le mot « commun » qu'il y a dedans. Je crois qu'il faut travailler collectivement, comme on tente tous de le faire avec le grand débat national quelque part même s'il y a beaucoup de choses à redire. Prenez l'économie sociale et solidaire : j'y crois plus qu'aux nationalisations. L'image égalitariste du communiste comme Aragon le définissait derrière l'expression « l'homme communiste » n'a plus de sens. Alors il faut apporter une réponse collective à l'individualisme du capitalisme en réinventant des modèles comme les sociétés coopératives par exemple. Voilà une belle invention qui inspire les communistes.
Plestin
 
Message(s) : 948
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Campagne du PCF

Message par Gayraud de Mazars » 16 Mars 2019, 16:54

Salut camarades,

On ne pas pas résumer la campagne des communistes, et sa propagande à se que nous disent Ian Brossat ou André Chassaigne ! En tout cas je ne m'y retrouve pas...

Comme militant du PCF, cela ne sont ni les idées marxistes et révolutionnaires que je défend au sein du Parti (même si je ne suis pas opposé au SCOP), ni même mon vocabulaire, mais je ne suis pas élu, que secrétaire de section, et au Conseil départemental dans ma Fédération.

Plestin a écrit :[Dixit le député Chassaigne] : j'y crois plus qu'aux nationalisations. L'image égalitariste du communiste comme Aragon le définissait derrière l'expression « l'homme communiste » n'a plus de sens.


Dans les sommets du parti on entend cela, venu de Chassaigne je ne suis pas étonné, le camarade devrait lire des ouvrages tels "Les dangers professionnels du pouvoir" de Khristian Rakovsky, ou "Défense du Marxisme, d'une égratignure au danger de gangrène" de Léon Trotsky ! Que je viens de relire...

Pour en finir avec le capitalisme bien sûr qu'il faut nationaliser, exproprier, sous contrôle ouvrier, les banques, les grands moyens de production ! L'exercice du pourvoir à l'Assemblée, et les ors des palais pour les élu(e)s, seraient-ils dommageables aux convictions communistes d'André Chassaigne ?

A lire !
Défense du Marxisme, d'une égratignure au danger de gangrène

https://www.marxists.org/francais/trots ... x/dma7.htm

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 574
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Campagne du PCF

Message par Plestin » 18 Mars 2019, 06:26

Cher camarade GdM, excuse-moi de t'infliger pareille chose... hélas, la doctrine économique du PCF ressemble de plus en plus à celle du Vatican !

https://www.vaticannews.va/fr/pape/news ... ennes.html

Dans Vatican News à propos de la rencontre du 16 mars entre le Pape et la Confédération des coopératives italiennes :


Le Pape met en valeur le système coopératif comme un outil de développement efficace

Le Pape François a reçu ce matin en Salle Paul VI environ 7000 membres de la Confédération des Coopératives italiennes, une organisation qui fête son centenaire cette année. Cette audience a été une nouvelle occasion pour le Pape d’exprimer son attachement au système coopératif qui allie développement économique et respect des personnes, en cohérence avec la doctrine sociale de l’Église.

Cyprien Viet – Cité du Vatican

Le Pape François a situé l’émergence du mouvement coopératif dans la lignée de l’encyclique Rerum Novarum de Léon XIII, qui « a ouvert d’une manière prophétique la grande réflexion sur la doctrine sociale de l’Église ». Le mouvement coopératif a permis de faire en sorte que cette réflexion ne reste pas « une parole morte ou un discours abstrait » mais au contraire se transforme en « des gestes personnels et sociaux, concrets, visibles et utiles ». Le monde n’a pas seulement besoin de pasteurs et de théologiens, mais aussi « d’entrepreneurs de charité » qui permettent de développer l’économie sans frénésie consumériste, et sans tomber non plus dans les pièges du collectivisme ou de l’étatisme qui découragent les initiatives privées.

La « satisfaction équilibrée et proportionnée des besoins sociaux » est l’objectif des coopératives, qui peuvent donc relier la logique de l’entreprise avec le devoir de solidarité, et participer ainsi au développement du territoire et de la collectivité. Face à l’idolâtrie du « dieu-argent » qui rend la société inhumaine et injuste, les coopératives aident à montrer que la vraie richesse se situe dans les relations et non pas dans les seuls biens matériels. Avec créativité et courage, en créant des liens entre les personnes, les coopératives permettent de vaincre « l’inertie de l’indifférence et de l’individualisme » et de lutter contre l’enfer de la solitude.

La coopération chrétienne, une bonne voie pour le développement

Le Pape a livré un souvenir personnel de son père qui lui avait parlé de ce thème lorsqu’il avait 18 ans, en 1954, et qui l’avait convaincu que « la coopération chrétienne est la voie juste. Peut-être qu’économiquement elle peut sembler plus lente, mais elle est la plus efficace et la plus sûre ». Par exemple, un agriculteur isolé peut être vulnérable en cas d’aléa climatique ou économique. S’il fait partie d’un groupe coopératif, il pourra traverser des périodes difficiles sans perdre son travail. Il faut aussi prêter attention aux personnes les plus désavantagées, notamment en leur donnant accès à des formations qui leur permettent d’acquérir des qualifications professionnelles.

Le Pape a aussi insisté sur la place des femmes, pour lesquelles les coopératives doivent être des outils de promotion en leur donnant une place à part entière dans les prises de décision. Elles peuvent contribuer au développement social et économique en apportant un regard porté sur la relation humaine, et moins centré sur l’efficacité théorique de modèles systémiques qui sont souvent surévalués quand le leadership est seulement masculin.

François a conclu en invitant les membres de cette confédération à rester fidèles à l’Évangile et à trouver, pour leur vie professionnelle, des sources d’inspiration « dans les gestes et les choix de Jésus ».



J'aime beaucoup cette phrase : "développer l’économie sans frénésie consumériste, et sans tomber non plus dans les pièges du collectivisme ou de l’étatisme qui découragent les initiatives privées". Elle me rappelle tellement André Chassaigne : "Prenez l'économie sociale et solidaire : j'y crois plus qu'aux nationalisations. L'image égalitariste du communiste comme Aragon le définissait derrière l'expression « l'homme communiste » n'a plus de sens. Alors il faut apporter une réponse collective à l'individualisme du capitalisme en réinventant des modèles comme les sociétés coopératives par exemple. Voilà une belle invention qui inspire les communistes." :mrgreen:
Plestin
 
Message(s) : 948
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Campagne du PCF

Message par Gayraud de Mazars » 18 Mars 2019, 08:03

Salut camarade Plestin !

Concernant l'Eglise, je n'oublie pas Rerum novarum (« Les choses nouvelles ») qui est une encyclique publiée en 1891 par le pape Léon XIII.
Si elle constitue le texte inaugural de la doctrine sociale de l'Église catholique elle s'oppose fermement au socialisme et à l'expropriation de la propriété privée ! C'est un texte de combat de l'Eglise contre le Marxisme.

Rerum novarum dénonce également les excès du capitalisme et encourage de ce fait le syndicalisme chrétien et le catholicisme social encourage les patrons bienveillants à soulager la misère de leurs ouvriers. Le pape actuel n'a rien oublié de cette encyclique !

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 574
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Campagne du PCF

Message par Gayraud de Mazars » 05 Avr 2019, 07:12

Salut camarades,

Un article de Libération sur les prestations des candidats aux européennes lors du débat du 4 mars 2019 sur France 2, qui fait la part belle à Ian Brossat, inconnu du grand public, et tête de liste des communistes pour le scrutin du 26 mai 2019 !

Débat: la gauche se ressemble sur le fond, Ian Brossat se révèle sur la forme
Par Rachid Laïreche - 5 avril 2019

https://www.liberation.fr/france/2019/0 ... i3ZZDz6rKI

Un débat télévisé, premier du genre, a réuni jeudi douze têtes de liste pour les Européennes, dont, classés à gauche, Benoît Hamon, Yannick Jadot, Raphaël Glucksmann, voire Ian Brossat et Manon Aubry.

Jeudi soir, lors du premier grand débat pour les Européennes, on a eu le droit à du bruit, de la confusion, des interpellations et un constat sans
surprise : sur le fond aucune grande différence entre Benoît Hamon, Yannick Jadot, Raphaël Glucksmann, voire Ian Brossat et Manon Aubry. Face à une droite très à droite, la gauche a défendu l’accueil des migrants et placé l’écologie au cœur de son projet. Le candidat Place Publique – PS, Raphaël Glucksmann, qui a répété à plusieurs reprises qu’il n’était pas un politique professionnel, a étonné son monde en conclusion. L’essayiste a tendu une nouvelle main à Hamon et Jadot : «J’ai eu du mal à rentrer dans le débat parce que depuis tout à l’heure je me demande pourquoi on n’est pas ensemble pour porter ce débat ! Nous ne sommes pas à la hauteur des périls et l’histoire nous jugera.» Les concernés ont regardé ailleurs.

Du coup, au milieu du brouhaha, on s’est amusé à guetter le comportement des uns et des autres candidats de gauche. Benoît Hamon ? Il a dégainé son air le plus sérieux afin de prouver son expérience et rassurer les électeurs de gauche. Yannick Jadot ? Facile à l’oral, précis sur le fonctionnement du parlement européen, il a tenté de tirer son épingle du jeu sur les questions écolos. Logique. Mais ce soir, sur le plateau, tout le monde a joué au vert, même le plus nationalistes des nationalistes. Pas simple. Raphaël Glucksmann ? Stressé au départ, hésitant à l’arrivée. Il n’a jamais réussi à s’imposer, imprimer un rythme. Le leader de Place publique a tout de même eu le temps de rappeler son amour pour l’Europe et sa sincérité dans son engagement.

Le communiste a surpris son monde

Manon Aubry ? La candidate de la France insoumise a elle aussi découvert l’exercice du débat. Habitués à voir ferrailler Jean-Luc Mélenchon, avec une certaine facilité, lors des débats, les insoumis ont découvert une candidate accrocheuse. On retiendra qu’elle a coincé au coin du mur la candidate de La République en marche, Nathalie Loiseau qui a voté en plateau pour l’interdiction du glyphosate. L’ancien porte-parole d’Oxfam lui a rappelé que le 15 mars, lorsque deux ministres«paradaient aux marches climat», les députés de la majorité votaient «pour la production de pesticides interdits en France pour les vendre ailleurs». Pas mal. Manon Aubry a ajouté: «Votre en même temps détruit notre planète.»

En fait, jeudi soir la surprise est venue de Ian Brossat. La tête de liste communiste n’était pas attendue. Ces derniers temps, il a tenté de se tenir à l’écart des embrouilles entre Jadot, Hamon et Glucksmann. Une manière de se démarquer. De prendre de la hauteur. Tout au long de la soirée, il a déroulé ses idées. Direct, clair. Le communiste a surpris son monde, même ses propres camarades. «Si ne pas avoir accueilli l’Aquraius, c’est un modèle de fierté pour vous, nous ne devons pas avoir les mêmes valeurs», a-t-il lâché. Ian Brossat a également défendu une politique écologique en rappelant que la pollution est un «crime» avec 50 000 morts par an en France et 600 000 en Europe. Les rouges se mettent chaque jour un peu plus au vert.

Certains endroits totalement inattendus

Le communiste n’a pas oublié de faire des bisous à ses électeurs et aux classes populaires. En seconde partie d’émission, après un long volet sur
l’immigration, le maire adjoint de Paris a interpellé les journalistes subtilement : «En abordant les questions du travail à minuit, vous vous rendez compte que les principaux intéressés sont déjà couchés car ils travaillent demain?» Sa prestation a fait causer sur les réseaux sociaux. Certains ont découvert son existence. Les louanges sont tombées de partout, même de certains endroits totalement inattendus. La porte-parole de La République en marche, Aurore Bergé a tapoté sur Twitter : «Brossat de loin le meilleur à gauche.» Après un passage chez Sarkozy, Juppé, Fillon et aujourd’hui chez Macron, Ian Brossat a-t-il réussi à convertir Aurore Bergé au communisme ?
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 574
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Campagne du PCF

Message par artza » 05 Avr 2019, 07:50

C'est surtout qu'à minuit n'importe quel individu à peu près normalement constitué avait décroché.
C'était quand même très chiant et la plupart aurait gagné à rester inconnu.
D'ailleurs le cirque électoral fermé combien retourneront à l'obscurité dont ils n'auraient jamais du sortir.

Je me souviens que tout ce petit monde bruyant et agité comme des perruches ne pense que frontières et barrières, européennes (UE) pour les uns, hexagonales françaises pour les autres.
Il y en a même qui voudraient des doubles frontières autour de l'Europe et autour de la France. Et pourquoi pas rétablir les octrois à l'entrée des villes pour protéger le petit commerce contre les grandes surfaces!

L'UE tous veulent la réformer sauf Asselineau mais lui il veut sortir de tout y compris l'UNESCO et le Comité olympique!

J'oubliais LA révélation.
Il en fallait au moins une, un devoir médiatique obligé obligé, sinon on désespère les rond-points.

C'est le petit Brossat (Brossat à reluire d'Hidalgo à la mairie de Paris) qu'à gagner.
Tant pis pour Aubry qui n'est pas Martine, le fils de son père va-t-en guerre et Ruffin le dauphin dissipé, absent.

Brossat connait son monde. A minuit le prolo roupille...sauf les insomniaques et les nuiteux.
artza
 
Message(s) : 1321
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Campagne du PCF

Message par Gayraud de Mazars » 05 Avr 2019, 08:49

Salut Artza,

artza a écrit :Brossat à reluire d'Hidalgo à la mairie de Paris qu'à gagner.


Ah le bon jeu de mots ! Il était pas trop difficile à faire celui-là ? :shock:

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 574
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Campagne du PCF

Message par Cyrano » 05 Avr 2019, 11:14

Je viens de voir rapido le grand débat. Enfin, j'ai regardé chacune-chacun avec sa minute de parlotte et son joujou. Ça me suffit, pas plus de temps à perdre: on a compris le ton. On peut en prendre un pour taper sur l'autre.

Moi, je serais venu avec un sextoy comme objet: sûr que ça en aurait parlé le lendemain. Bon, faut trouver quoi dire pendant une minute à partir de l'objet et de notre situation sociale, ça...
Cyrano
 
Message(s) : 100
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Campagne du PCF

Message par com_71 » 05 Avr 2019, 11:34

artza a écrit :C'est le petit Brossat (Brossat à reluire d'Hidalgo à la mairie de Paris) qu'a gagner.


Et... la Brossat reluire de Brossat qu'est pas loin... :lol:
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2767
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Suivant

Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron