Coronavirus en Chine

Et lutte contre les pseudo-sciences et les obscurantismes

Coronavirus en Chine

Message par Zelda_Zbak » 26 Jan 2020, 20:18

A l'heure où j'écris, 2000 personnes touchées en Chine, 56 morts. Un taux de mortalité estimé à 5% pour les gens infectés. Pour mémoire, le SRAS de 2002/2003 avait un taux de mortalité de 9.5...
A suivre... :(
Whatever happens to you, choose it !
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 980
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53

Re: Coronavirus en Chine

Message par Plestin » 26 Jan 2020, 21:20

C'est là qu'on regrette que l'épidémiologie soit un peu le "parent pauvre" de la médecine. Bien connaître son ennemi est indispensable pour le combattre efficacement...
Plestin
 
Message(s) : 1496
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Coronavirus en Chine

Message par Gayraud de Mazars » 31 Jan 2020, 09:33

Salut camarades,

Coronavirus : à l’heure des échanges à l’échelle mondiale
29 Janvier 2020, par Sophie GARGAN
Dans le journal Lutte Ouvrière n°2687

https://journal.lutte-ouvriere.org/2020 ... WJHzNGT3_U

Il n’aura fallu que quelques jours pour que le coronavirus, responsable de l’épidémie de pneumonie partie de Chine où elle a déjà fait de nombreuses victimes, soit identifié et son matériel génétique décrypté.

Le 29 décembre, les autorités chinoises avertissaient l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de cas de pneumopathies atypiques à Wuhan dans l’Est du pays. Le 10 janvier, le patrimoine génétique du virus était décrypté et mis à disposition de toutes les équipes de recherche à l’échelle internationale. Depuis, des réseaux de chercheurs et de médecins progressent sur la connaissance de cet agent infectieux, de son origine, de sa structure, de son mode de développement chez les humains, de la façon dont il mute, se transforme… Les résultats, les données génétiques, échangées à la vitesse d’internet, circulent encore plus vite que l’épidémie entre les centaines de laboratoires du monde. Une belle illustration des possibilités scientifiques et techniques d’aujourd’hui, quand toutes les connaissances sont mises en commun.

L’agent responsable de cette pneumonie appartient donc à la famille des coronavirus, ainsi appelés car, observés au microscope électronique, ils semblent être entourés d’une couronne. Chez les humains, les virus de cette famille sont habituellement responsables de maladies banales comme le rhume. Ils infectent aussi d’autres animaux notamment des oiseaux et certains mammifères chez qui ils sont beaucoup plus virulents.

Nommé 2019-nCoV, pour dire qu’il s’agit d’un nouveau (n) coronavirus (CoV) découvert en 2019, le petit dernier de la famille serait originaire d’un marché d’animaux à Wuhan où il aurait muté, se serait transformé, aurait acquis la possibilité d’infecter les humains chez qui il entraîne une pneumopathie.

En Chine, en moins d’un mois, plusieurs milliers de personnes ont contracté la maladie et, le 28 janvier déjà, plus de 150 personnes en étaient mortes. Ailleurs, dans d’autres pays, où le virus est arrivé transporté par un homme ou une femme infectés, les systèmes de santé, là où ils existent, surveillent sa progression.

Les connaissances avancent au fur et à mesure des observations. Un test de dépistage a pu être mis au point mais la nouveauté du virus fait qu’aucun traitement, aucun vaccin n’est envisageable à court terme. L’isolement, la mise en quarantaine des malades détectés reste la meilleure mesure pour éviter la propagation du virus qui se transmet comme pour la plupart des infections respiratoires, par la toux et les éternuements.

Les mesures d’hygiène restent donc un facteur essentiel de la prévention pendant que les scientifiques collectent les informations sur la contagiosité du virus, la durée d’incubation de la maladie, sa mortalité, sans qu’il soit encore possible de prévoir quelles seront les conséquences médicales de ce nouvel agent infectieux et quelle ampleur pourrait avoir l’épidémie. D’autant que si les scientifiques font leur travail, on ne peut que se poser la question de la capacité de la société à faire face à ce qui pourrait devenir une pandémie.

Bien sûr, on n’en aura jamais fini avec les virus et tous les microbes. Ils font partie de la vie, accompagnent l’humanité depuis toujours, évoluent, s’adaptent et se transforment. Le savoir-faire et les connaissances progressent parallèlement. Mais pour que cela permette de limiter les effets les plus nocifs de ces agents infectieux, il faudrait que toute la population mondiale ait accès matériellement et culturellement aux soins. On n’en est évidemment pas là.

La société moderne, la multiplicité des échanges à l’échelle mondiale font que les microbes peuvent voyager très vite. Les moyens de soigner les populations dans une société gouvernée par le profit ne parviennent pas à la même vitesse… quand ils parviennent.


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 838
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18


Retour vers Sciences

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron