Youth for climate...

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'actualité politique en France

Youth for climate...

Message par com_71 » 25 Sep 2020, 06:59

...deux politiques, deux impasses à éviter :
franceinfo 25 sept. 2020 a écrit :"Il y a eu un gros clash sur la stratégie" : Youth for Climate a perdu une partie de ses militants et ne se contente plus de marcher

Fondée il y a deux ans sous l'influence de Greta Thunberg, la branche française de Youth for Climate est désormais ouvertement anticapitaliste. Une vingtaine d'actions sont prévues vendredi 25 et samedi 26 septembre.

Romaric Thurel est l'un des fondateurs des Youth for Climate en France. Dans cette mouvance, on n'aime pas trop parler de fondateurs, mais il a fait partie du groupe d'une quinzaine de personnes qui a monté l'éphémère coordination nationale. "Pour moi, c'est un mouvement qui est en fin de vie", lâche-t-il alors qu'une vingtaine d'actions sont programmées dans plusieurs villes vendredi 25 et samedi 26 septembre. Le mouvement lancé par la suédoise Greta Thunberg il y a deux ans avait rassemblé 200 000 personnes en France le 15 mars 2019.

D'après Romaric, une ligne idéologique a pris le dessus dans le gigantesque débat qui s'est ouvert sur internet, deux mois après l'extraordinaire succès de mars 2019. "Sur la stratégie et les moyens d'action, il y a véritablement eu un gros clash entre ceux qui étaient partisans d'une mobilisation de masse, ceux qui étaient partisans d'une désobéissance civile non violente et ceux qui étaient partisans d'actions directes, comprenant la dégradation de biens, explique Romaric. Au bout d'un moment, il y a une partie de ceux qui étaient pour une massification et pour une désobéissance civile non-violente qui sont partis du mouvement. Et en fait, quand ils sont partis, il y a eu un phénomène d'auto-marginalisation du mouvement Youth for climate."

Aujourd'hui, le mouvement mise sur des actions coup de poing. La plus remarquée, c'est le saccage des locaux du gestionnaire d'actifs américain BlackRock à Paris en février dernier. Les jeunes pour le climat sont désormais ouvertement anticapitalistes. La page des marches pour le climat a été tournée, dit Marie, 18 ans, investie dans l'organisation depuis le début. "L'urgence, elle est là et faire des marches, ça ne va pas faire changer les choses. On passe à la vitesse supérieure pour justement essayer d'avoir un impact plus concret."

En mars 2019, il y avait plus de 200 marches organisées en France. Aujourd'hui, seules 25 actions sont annoncées les 25 et 26 septembre 2020, à Bordeaux, Toulouse, Grenoble, Lyon, Rennes ou Nantes, mais cette perte d'audience est assumée. "On sait qu'on va toucher moins de personnes, mais on pense aussi à l'impact que cela peut avoir, argumente Marie. On arrive quand même à fédérer des gens, peut être moins que dans des marches, certes, mais je pense que ça va s'améliorer."

Le positif dans la scission, c'est qu'elle a clarifié les lignes dans le mouvement des Jeunes pour le climat. Deux autres tendances se sont structurées avec ceux qui sont partis, comme Romaric Thurel. Elles sont orientées vers l'action non-violente et le plaidoyer.

https://www.francetvinfo.fr/societe/edu ... tor=AL-79-[article]-[connexe]
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4146
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Retour vers Politique française

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)